Parcours

Fermer Parcours lévinassien

Fermer Parcours axiologique

Fermer Parcours cartésien

Fermer Parcours hellénique

Fermer Parcours ricordien

Fermer Parcours spinoziste

Fermer Parcours habermassien

Fermer Parcours deleuzien

Fermer Parcours bergsonien

Fermer Parcours augustinien

Fermer Parcours braguien

Fermer Parcours boutangien

Fermer Glossématique

Fermer Synthèses

Fermer Ouvrages publiés

Fermer Suivi des progrès aux USA

Fermer Parcours psychophysique

Fermer L'art et la science

Fermer Parcours nietzschéen

Fermer Philosophies médiévales

Autres perspectives

Fermer Archéologie

Fermer Economie

Fermer Sciences politiques

Fermer Sociologie

Fermer Poésie

Fermer Théologie 1

Fermer Théologie 2

Fermer Théologie 3

Fermer Psychanalyse générale

Fermer Points d’histoire revisités

Fermer Edification morale par les fables

Fermer Histoire

Fermer La numérisation du monde

Fermer Phénoménologie

Fermer Philosophie et science

Mises à jour du site
Liens Wikipédia
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Synthèses - un regard inédit sur nos origines judéo-chrétiennes et sur l'islam

Lire ce texte au format PDF

 

UN REGARD INÉDIT SUR  NOS ORIGINES JUDÉO-CHRETIENNES

ET SUR L’ISLAM

 

Vient de paraitre, traduite en français par Laetitia Strauch-Bonart l’œuvre de jeunesse de ROGER SCRUTON ‘The Meaning of conservatism’ qui, dans les années 1980, faisait l’éloge de la hiérarchie et de l’autorité, et exprimait sa méfiance à l’égard du thatchérisme triomphant. 

Le titre donné à cet ouvrage est « De L’urgence d’être conservateur »  dans lequel on peut identifier le fil conducteur du conservatisme de l’auteur :

  • l’importance de la tradition comme forme de connaissance ;
  • l’amour de la transmission :
  • l’éloge d’une société civile autonome comme garantie de la responsabilité et de la vertu ;

ainsi qu’une affection profonde pour la nation.

Sont particulièrement mis en évidence :

 

1/ Le principe fondateur de la civilisation chrétienne

Pour ROGER SCRUTON, ce qui a rendu les frontières nationales possibles est cette civilisation qui s’enracine dans la chrétienté, et c’est en regardant notre monde en termes chrétiens qu’il a été capable d’accepter les vastes changements qui l’ont secouée. L’acceptation provient de l’esprit de sacrifice : c’est là le message de tant d’œuvres mémorables que de notre culture nous ont transmis. Or dans la tradition chrétienne, les formes originelles du sacrifice sont la confession et le pardon.

  •  Ceux qui se confessent sacrifient leur fierté, tandis que
  •  ceux qui pardonnent sacrifient leur ressentiment, renonçant par là-même à quelque chose qui était cher à leur cœur.

La confession et le pardon sont les coutumes qui ont rendu possible notre civilisation.

Le pardon peut être accordé uniquement à certaines conditions ; ce que fait une culture du pardon, c’est implanter ces conditions dans le cœur des hommes. On ne peut pardonner qu’à ceux qui reconnaissent leur faute. Cette reconnaissance ne s’obtient pas en disant « oui, c’est vrai ce que j’ai fait ». Elle requiert pénitence et expiation. Par ces actions d’humiliation volontaire, le fautif va à la rencontre de sa victime pour établir l’égalité morale qui rend possible le pardon. Dans la tradition judéo-chrétienne tout cela est bien connu, incorporé dans les sacrements de l’Église catholique tout comme les rituels et la liturgie de Yom Kippour (Grand Pardon). Nous avons hérité de ces sources religieuses la culture qui nous permet de confesser nos fautes, d’offrir à nos victimes une compensation et de nous tenir comptables les uns  les autres dans toutes les matières où notre libre conduite peut nuire à ceux qui dépendent légalement de nous.

 

2/ Ce qui différencie l’héritage culturel islamiste de celui judéo-chrétien

Une des manifestations de l’héritage culturel judéo-chrétien tient au fait d’exiger des personnes responsables dans les charges publiques de rendre des comptes.     

Nous ne devrions pas nous étonner que cette responsabilité soit absente des milieux islamistes – même si le pardon a une place importante dans la pratique de l’islam et dans la moralité du Coran (voir Coran, 13,22). Dans celui-ci, la place de la responsabilité est tenue par la soumission. Ce que nous découvrons à la suite du « Printemps arabe » est la réalité intérieure des Gouvernements où la responsabilité n’avait pas sa place – des Gouvernements où le pouvoir était la seule marchandise. Et cette expérience nous rappelle une vérité importante, celle qu’un Gouvernement responsable de ses actes ne naît pas des élections. Il naît du respect de la loi, de l’esprit public et d’une culture de la confession. Penser qu’il n’y a qu’une connexion accidentelle entre ces vertus et notre héritage judéo-chrétien, c’est nager en plein délire. C’est faire l’impasse sur une culture qui s’est concentrée au fil des siècles, sur la question de la repentance. Le comprendre pour sa propre vie a permis à Roger Scruton de lui faciliter la compréhension de celui du contexte politique. C’est précisément cette dimension de la condition humaine que niaient les systèmes totalitaires du XXe siècle. Et c’est le désir de nier cette dimension qui sous-tend le tournant anti-chrétien qu’a pris l’UE et la dictature sournoise de ses élites.  

 

 


Date de création : 08/10/2016 @ 12:44
Dernière modification : 08/10/2016 @ 12:48
Catégorie : Synthèses
Page lue 720 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^