Parcours

Fermer Parcours lévinassien

Fermer Parcours axiologique

Fermer Parcours cartésien

Fermer Parcours hellénique

Fermer Parcours ricordien

Fermer Parcours spinoziste

Fermer Parcours habermassien

Fermer Parcours deleuzien

Fermer Parcours bergsonien

Fermer Parcours augustinien

Fermer Parcours braguien

Fermer Parcours boutangien

Fermer Glossématique

Fermer Synthèses

Fermer Ouvrages publiés

Fermer Suivi des progrès aux USA

Fermer Parcours psychophysique

Fermer L'art et la science

Fermer Parcours nietzschéen

Fermer Philosophies médiévales

Autres perspectives

Fermer Archéologie

Fermer Economie

Fermer Sciences politiques

Fermer Sociologie

Fermer Poésie

Fermer Théologie 1

Fermer Théologie 2

Fermer Théologie 3

Fermer Psychanalyse générale

Fermer Points d’histoire revisités

Fermer Edification morale par les fables

Fermer Histoire

Fermer Phénoménologie

Fermer Philosophie et science

Mises à jour du site

17/04//2017 ajout :
Synthèses
- La conception de l’âme selon la quête de François Cheng

Sociologie
- Ancrage
- Les contributeurs contemporains à « Vous avez dit conservateur ? » (1)
- Les contributeurs contemporains à « Vous avez dit conservateur ? » (2)

18/02//2017 ajout :
Economie
- Un revenu de base serait pleinement justifié

21/01//2017 ajout :
Edification morale par les fables
- L'objet que se donne La Fontaine dans ses fables
- L'homme en procès

21/01//2017 ajout :
Parcours boutangien
- La conclusion de Henri du Buit
Edification morale par les fables
- Lire La Fontaine autrement

08/01/2017 ajout :
Parcours boutangien
- Temps et histoire

01/01/2017 nouveau parcours
Parcours boutangien
- Le petit Boutang des philosophes
- Sauver le sujet

Liens Wikipédia
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Histoire - Critiques du projet de réformes du CSP



CRITIQUES DU PROJET DE RÉFORMES
 DU CONSEIL SUPÉRIEUR DES PROGRAMMES
 
CRITIQUES DE CHARLES BEIDBEGER
 
Notre ministre de l’Éducation nationale ferait bien de méditer cette mise en garde prémonitoire de Charles Péguy : « Une société qui n’enseigne pas est une société qui ne s’aime pas, qui ne s’estime pas, et tel est précisément le cas de la société moderne ».[1] Et d’ajouter dix années plus tard : « Il y a quelque chose de pire que d’avoir une mauvaise pensée. C’est d’avoir une pensée toute faite ». [2]  Tout est dit dans ces propos qui résument à merveille l’état d’esprit de la réforme menée à la hussarde et sans concertation, par Najat Vallaud-Belkacem.
Rejet de l’enseignement d’abord ! La ministre assigne de nombreux objectifs à l’école mais elle oublie l’essentiel : la transmission du savoir. Que l’école puisse servir à sensibiliser les élèves au commerce équitable ou à la problématique du réchauffement climatique, pourquoi pas, mais ce n’est pas là son rôle principal !  Qu’elle puisse lutter contre les « discriminations » et favoriser le « vivre ensemble », qui s’en plaindrait, mais ce n’est pas là le cœur de sa mission ! Or, tout le sens de la réforme menée par Najat Vallaud-Belkacem consiste à réduire à l’état d’une peau de chagrin les enseignements disciplinaires au profit des EPI, sigle barbare qui désigne les enseignements pratiques interdisciplinaires. Concrètement, cela signifie qu’au lieu d’apprendre la grammaire ou l’histoire, les élèves pourront débattre, sur leur temps de travail, de la liberté d’expression et des caricatures, évoquer l’importance du développement durable ou apprendre à créer un blog, le leitmotiv de nos « pédagogistes » consistant à rendre les enseignements plus ludiques, afin d’y tuer toute forme d’ennui. Mais comment débattre quand on ne possède pas les rudiments de la langue française ?[3]
Il faut reconnaître que cette déconstruction du savoir n’a pas commencé, loin s’en faut, avec la ministre actuelle, et que la droite tient aussi sa part de responsabilité, pour avoir trop longtemps négligé une institution réputée acquise à la gauche, au sein de laquelle les pédagogistes sont prêts à fourbir leurs armes contre quiconque voudrait remettre en cause la doxa déconstructiviste (Gilles de Robien en a fait les frais en 2006, en tentant de supprimer la méthode globale). Mais en reléguant le latin et le grec au rang des EPI, et en les fondant dans des cours de « langues et cultures de l’Antiquité » proposés de la 5ème à la 3ème, Najat Vallaud-Belkacem donne le coup de grâce à ce qu’il restait de culture classique. Devant le tollé suscité par cette mesure, la ministre a affirmé, par la suite, vouloir maintenir un enseignement complémentaire du latin pour ceux qui le souhaitent. Mais cela dépendra du bon vouloir de chaque chef d’établissement. Déjà, en 1902, Charles Péguy fustigeait la réforme scolaire qui portait en elle le déclassement des humanités au profit des savoirs utilitaristes. Le décret actuel est l’aboutissement de ce processus.
L’enjeu d’une telle réforme ? Le « fanatisme égalitariste » selon la formule de Marc Fumaroli,[4] la culture classique, jugée trop élitiste, étant censé accroître les inégalités découlant du milieu social. Pour Bourdieu, elle serait même l’instrument choisi par la 1bourgeoise pour perpétuer sa domination culturelle. On oublie qu’elle constitue avant tout un socle commun de connaissances laborieusement construit au fil du temps, qui a permis à des générations d’enfants d’ouvriers et de paysans, d’accéder aux plus hautes sphères du savoir et aux plus intéressantes carrières administratives, politiques ou entrepreneuriales. Georges Pompidou en est d’ailleurs l’archétype le plus illustre. Car le propre de la culture est d’élever l’homme au-dessus de l’immédiateté de la vie présente pour lui permettre de communier aux plus grandes gloires littéraires ou historiques du passé, et de goûter à l’universalité du savoir. Tel est le sens de la culture générale qui unissait tous les hommes au sein d’un même creuset. Certes, on peut déplorer le caractère figé qu’a pu parfois revêtir un tel enseignement dans notre histoire, notamment lorsque l’on faisait apprendre « nos ancêtres les Gaulois » aux élèves de nos colonies. Il n’en reste pas moins qu’il constituait un rempart contre le communautarisme autrement plus important que le « vivre-ensemble » incantatoire et vide de sens, lancé par des élites acquises au multiculturalisme, lequel ne signifie pas autre chose que la fin d’une « culture générale » unissant les hommes d’un même pays. Richard Descoings ne pourrait que s’en réjouir, lui qui avait déjà supprimé l’épreuve de culture générale à l’entrée du concours de Sciences-Po en 2011. Najat Vallaud-Belkacem, ancienne élève de la rue saint-Guillaume, ne fait qu’achever l’œuvre si bien commencée de son maître…
On serait surpris de savoir que contrairement aux idées reçues, c’est en Seine Saint-Denis que l’enseignement du latin s’est le plus développé ces dernières années[5], preuve que les élèves issus des milieux défavorisés éprouvent, peut-être plus que d’autres, ce besoin d’enracinement si fondamental à l’âme humaine. C’est en cela que la réforme actuelle, comme bien d’autres, est profondément injuste : l’école a toujours permis à ceux qui ne pouvaient s’élever intellectuellement par leurs propres moyens en raison d’un milieu familial peu porteur, de compenser ce déficit par un enseignement structuré et solide. C’est d’ailleurs tout ce qui fait le succès du cours Alexandre Dumas à Montfermeil : transmission du savoir, autorité du maître, levée des couleurs, franche camaraderie et port de l’uniforme. On ne répètera jamais assez combien les couches sociales défavorisées sont les premières victimes de cette politique de nivellement par le bas. « À celui qui n’a rien, la Patrie est son seul bien » affirmait Jaurès. On pourrait en dire autant de l’école…
C’est la même aspiration à la médiocrité universelle qui a conduit Najat Vallaud-Belkacem à supprimer les classes bilangues, au risque de provoquer un incident diplomatique avec l’Allemagne, qui voit d’un très mauvais œil la réduction de la part d’élèves étudiant l’Allemand comme seconde langue vivante. Crées en 2004, les classes bilangues avaient justement permis d’enrayer la chute de l’apprentissage de l’Allemand autour de 11%. Avec leur suppression, l’enseignement de la langue de Goethe, fruit d’un choix politique initié par le général de Gaulle lors de la signature du traité de l’Élysée en 1963, risque de rester lettre morte. Comme le souligne Alain Finkielkraut, la ministre de l’Éducation, dans sa lutte obsessionnelle contre toute forme d’inégalité, confond « l’ordre de l’esprit où prévaut la hiérarchie la plus stricte, et l’ordre de la charité, où règne l’amour universel ».[6] L’école doit tirer les élèves par le haut et donner à chacun l’opportunité de s’élever intellectuellement – c’est ce qu’on appelle l’égalité des chances – et non niveler le savoir par le bas sous le fallacieux prétexte d’une égalité artificiellement décrétée.
Mais le plus grave n’est pas là. La réforme Belkacem a en effet décidé de mettre fin au « roman national », c’est-à-dire à cet enseignement de l’histoire construit au cours du XIXème siècle, qui inscrivait tous les évènements de notre passé dans une trame patriotique destinée à montrer la grandeur de la France et à susciter un sentiment d’amour filial chez les élèves. Cela ne signifiait pas renoncer à l’objectivité ou verser dans la propagande, de même que cela n’exonérait aucunement des programmes l’étude des zones d’ombre de notre histoire. Mais si l’on réduit le Moyen-Âge à l’Inquisition ou l’Ancien-Régime aux guerres de religion, on risque de passer à côté d’une certaine vérité et ne pas permettre aux élèves de s’identifier à des héros, tels que Jeanne d’Arc, Bayard ou du Guesclin, ou des poètes comme Marot, Ronsard ou du Bellay. Or, quand Michel Lussault, président du conseil supérieur des programmes, affirme qu’« il y a quelque chose de dérangeant dans l’idée, récurrente, de vouloir faire de l’histoire un roman national »[7], il omet de préciser que la République est largement tributaire de ce roman national qui a permis à des générations d’écoliers, de métropole ou de nos anciennes colonies, d’éprouver une légitime fierté à l’égard de l’œuvre civilisatrice de la France. Rompre cette chaîne intellectuelle et affective, c’est verser dans « la tyrannie de la pénitence » selon l’expression de Pascal Bruckner.[8] C’est précisément ce que fait Najat Vallaud-Belkacem, en valorisant excessivement l’enseignement de l’Islam, obligatoire en 5ème, tout comme l’étude de la traite négrière, alors que les empires byzantins et carolingiens deviendront des enseignements facultatifs, tout comme le module « une société rurale encadrée par l’Église » à l’intitulé peu flatteur, censé décrire l’action de l’Église au Moyen-Âge. Comme le souligne l’académicien Pierre Nora, ces programmes « portent à l’évidence la marque de l’époque : une forme de culpabilité nationale qui fait la part belle à l’Islam, aux traites négrières, à l’esclavage et qui tend à réinterpréter l’ensemble du développement de l’Occident et de la France à travers le prisme du colonialisme et de ses crimes. »[9]
« Dire qu’il faut transmettre les valeurs de la République, c’est trop faible : il faut transmettre l’amour de la France » expliquait Jean-Pierre Chevènement au Figaro, quelques semaines après les tueries qui ont embrasé la France au mois de janvier.[10]Puisse Najat Vallaud Belkacem entendre ce message !
 
 
CRITIQUES DE DANIÈLE MASSON (réseau-regain juin 2015)
 
NOUVEAUX PROGRAMMES D’HISTOIRE : LA GUERRE EST DECLARÉE
Quand on s’en prend à l’Histoire on s’en prend aux racines;
et quand on coupe les racines on voue l’arbre à la mort
 
UN ÉLÈVE MANIPULÉ
Pour le lecteur attentif des programmes d’Histoire élaborés par le «Conseil supérieur des programmes » et destinés à entrer en vigueur à la rentrée 2016, trois points suscitent, pour le moins, interrogations et suspicion. C’est d’abord la conception de l’élève et de sa formation. D’un côté l’élève est invité, non à comprendre les enchaînements des effets et des causes, mais à s’indigner devant l’horreur des guerres, des génocides, des crimes contre l’humanité. D’un autre côté, il est incité, dès le CM1, à saisir « la pluralité des héritages historiques », et pour cela à « confronter les traces de l’histoire » et «manipuler et réinvestir les repères historiques dans différents contextes ». Bref, primat de l’émotion et hypercriticisme, pourtant antinomiques. En fait, l’élève est manipulé, invité à deviner que tout est incertain, mouvant, migrant, et que l’identité et la quête de soi sont les ennemies du « vivre ensemble ». En 6ème « la longue histoire de l’humanité et des migrations » prendra le relais des « vagues migratoires du 5ème au Xe siècles » étudiées en CM1. Islam obligatoire, Église facultative C’est ensuite l’étude comparée du christianisme et de l’islam. En 6ème, coincés entre «la romanisation» et «l’ancienne route de la soie et de la Chine des Han», apparaissent «les débuts du christianisme». En revanche, en 5ème, « l’islam: débuts, expansion, sociétés et cultures » apparaît comme module obligatoire, alors que sont modules facultatifs en 5ème «une société rurale encadrée par l’Église» et en 4ème, « sociétés et cultures au temps des Lumières». On peut s’étonner que la République laïque place ainsi dans l’ombre les Lumières qui l’ont engendrée. On peut l’expliquer par le désir de complaire aux nouveaux arrivants, qui ne sont pas Charlie, n’apprécient pas Voltaire et son « imam pieux et compatissant » qui conseille dans Candide «de couper une seule fesse de ses prisonnières pour se garder une réserve de chair fraîche », ni Beaumarchais fustigeant dans Le mariage de Figaro ces « princes mahométans, dont pas un, je crois, ne sait lire, et qui nous meurtrissent l’omoplate en nous disant « chiens de chrétiens!»» Quant au christianisme, loué dans ses origines, il est honni dans son inscription sociale, réduit à une Église encadrant des paysans; un « fait religieux » réducteur et mensonger, qui exclut l’appartenance et la notion même de racines chrétiennes de l’Europe. Gageons que les professeurs des «quartiers difficiles», qui ne peuvent aborder ni Le Cid de Corneille, ni Voltaire, ni Primo Levi et son roman Si c’est un homme, se plieront aux exigences de l’islamiquement correct.
 
L’EUROPE AU DOUBLE VISAGE
Quant à l’Europe, elle est perçue, dans les nouveaux programmes d’histoire, sous une double face, tour à tour lumineuse et sombre. Généralement oublieux des grandes figures de l’Histoire de France, les concepteurs abordent cependant, en CM1, Charlemagne, parce qu’il est « l’occasion d’observer les dynamiques territoriales d’un Empire qui relèvent plus d’une logique européenne que française». Et puis, en CM2, apparaissent, avec le centenaire de la République célébré en 1892 (les concepteurs des programmes raffolent des commémorations et des « symboles républicains ») les libertés qui semblent n’avoir jamais existé avant la République puisqu’elles «sont le fruit d’une conquête et d’une évolution de la démocratie». Enfin, l’élève de CM2 découvrira le miracle de l’Union européenne, fruit de la paix de «pays européens autrefois en guerre les uns contre les autres », et « aujourd’hui rassemblés». Incités en CM1 « construire» et à «confronter», les élèves sont invités en CM2 à célébrer dans une unanimité sans faille la République et l’Europe. A cette vision idyllique s’oppose la face sombre de l’Europe, celle des « empires coloniaux, échanges commerciaux et traites négrières » - module obligatoire en 4ème – Celle de la France de Vichy, et l’on abordera en CM2 «la question du génocide des juifs dans le cadre de la France», sans dire et sans se demander pourquoi, en France, ils furent plus épargnés que dans les autres pays européens. Module à éviter dans les «quartiers sensibles».
 
DE LAVISSE À NICOLAS OFFENSTADT
Les nostalgiques du petit Lavisse se rappelleront la première de couverture du Cours moyen, classes de 8ème et 7ème : «Enfant, tu vois sur la couverture de ce livre les fleurs et les fruits de la France. Dans ce livre, tu apprendras l’Histoire de la France. Tu dois aimer la France parce que la nature l’a faite belle, et parce que son histoire l’a faite grande». C’est peut-être un peu pompeux, mais c’est clair, simple, convaincant: voir, apprendre, aimer son pays. Nicolas Offenstad, furieux des réactions contre les réformes, lance une contre-offensive qui est un aveu: « C’est une guerre culturelle : il y a une offensive réactionnaire d’une droite incarnée par le trio Sarkozy – Buisson – Guaino, qui revendique le retour d’une Histoire identitaire, d’une Histoire adhésion qui doit nous rendre fiers d’être français. Or l’enseignement de l’Histoire est, par nature, un instrument critique et doit apprendre à réfléchir». Au contraire de Lavisse, Offenstadt use du double langage : c’est bien une adhésion qu’il requiert, non à la France, mais à une vision idéologique qui la défigure.
 





Date de création : 23/06/2015 @ 19:18
Dernière modification : 23/06/2015 @ 19:38
Catégorie : Histoire
Page lue 1445 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^