Parcours

Fermer Parcours lévinassien

Fermer Parcours axiologique

Fermer Parcours cartésien

Fermer Parcours hellénique

Fermer Parcours ricordien

Fermer Parcours spinoziste

Fermer Parcours habermassien

Fermer Parcours deleuzien

Fermer Parcours bergsonien

Fermer Parcours augustinien

Fermer Parcours braguien

Fermer Parcours boutangien

Fermer Glossématique

Fermer Synthèses

Fermer Ouvrages publiés

Fermer Suivi des progrès aux USA

Fermer Parcours psychophysique

Fermer L'art et la science

Fermer Parcours nietzschéen

Fermer Philosophies médiévales

Autres perspectives

Fermer Archéologie

Fermer Economie

Fermer Sciences politiques

Fermer Sociologie

Fermer Poésie

Fermer Théologie 1

Fermer Théologie 2

Fermer Théologie 3

Fermer Psychanalyse générale

Fermer Points d’histoire revisités

Fermer Edification morale par les fables

Fermer Histoire

Fermer Phénoménologie

Fermer Philosophie et science

Mises à jour du site
Liens Wikipédia
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Parcours nietzschéen - Présentation




PARCOURS NIETZSCHÉEN
 
PRÉSENTATION
 
Friedrich Nietzsche (1844-1900)
Le philosophe foudroyé en esprit. Inactuel symbole de la pensée qui s’est anéanti pour avoir sondé « la profondeur de tous les sommets » (Harlingue-Violet).
 
L’arrière-monde
L’ « être » de la métaphysique est, en priorité, caractérisé par l’idée de la transcendance. Il correspond à la position d’un arrière-monde (Hinterwelt) que la pensée réclame d’un absolu qu’elle veut préserver de la contamination sensible : l’être « transcendé » est la Réalité stable, identique à soi, permanente, éternelle, qui ignore donc le changement, la destruction, le devenir, la lutte, la douleur, bref, tout ce qui dans le monde de l’existence suscite l’angoisse humaine. La transcendance est solidaire d’un clivage, par quoi une pensée opiniâtrement dualiste (une pensée qui se cramponne à l’« antinomie de valeurs ») disjoint le bien et le mal, le positif et le négatif, la beauté et la laideur, le vrai et le faux.
L’ « être » ainsi déterminé est substance. Aux yeux de Nietzsche, c’est donc la substance qui résume la compréhension que les philosophes ont eu de l’« être », depuis l’Un de Parménide, à l’Absolu-Identité de Schelling, en passant par l’Idée platonicienne, l’ousia d’Aristote, la res cartésienne, la substantia spinoziste, la chose en soi kantienne.
On construit justement l’arrière-monde idéal en projetant au-delà de la réalité sensible l’idée de la substance. « L’homme projette son impulsion de la vérité, son but en quelque sorte, hors de soi pour en faire un monde de l’« être », un monde métaphysique, un « chose en soi », un « monde déjà existant » (Zarathoustra, XVI, 57).
Heidegger, quant à lui, a mis fin à cette notion d’arrière-monde : de par l'étude de la constitution et de la mobilité de son Dasein (l’être-là maintenant), – comprise de prime abord comme appartenance au monde – il a mis au jour une structure duale, comme quoi le Dasein « appartient » et en même temps « n'appartient pas » au-monde.
Le pouvoir être authentique réside dans l’instance appelante et dans le contenu de l’appel. Le Dasein qui, dans son être, est à la fois étranger à lui-même et au monde, – jeté qu’il est toujours dans le « non-chez-soi » – est ainsi appelé par une voix étrangère ; l’appel de celle-ci ne s’adresse qu’à son-être « en-dette » ou « en-faute ».



Date de création : 03/11/2013 @ 14:17
Dernière modification : 30/11/2013 @ 08:52
Catégorie : Parcours nietzschéen
Page lue 2441 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^