Parcours

Fermer Parcours lévinassien

Fermer Parcours axiologique

Fermer Parcours cartésien

Fermer Parcours hellénique

Fermer Parcours ricordien

Fermer Parcours spinoziste

Fermer Parcours habermassien

Fermer Parcours deleuzien

Fermer Parcours bergsonien

Fermer Parcours augustinien

Fermer Parcours braguien

Fermer Parcours boutangien

Fermer Glossématique

Fermer Synthèses

Fermer Ouvrages publiés

Fermer Suivi des progrès aux USA

Fermer Parcours psychophysique

Fermer L'art et la science

Fermer Parcours nietzschéen

Fermer Philosophies médiévales

Autres perspectives

Fermer Archéologie

Fermer Economie

Fermer Sciences politiques

Fermer Sociologie

Fermer Poésie

Fermer Théologie 1

Fermer Théologie 2

Fermer Théologie 3

Fermer Psychanalyse générale

Fermer Points d’histoire revisités

Fermer Edification morale par les fables

Fermer Histoire

Fermer Phénoménologie

Fermer Philosophie et science

Mises à jour du site

17/04//2017 ajout :
Synthèses
- La conception de l’âme selon la quête de François Cheng

Sociologie
- Ancrage
- Les contributeurs contemporains à « Vous avez dit conservateur ? » (1)
- Les contributeurs contemporains à « Vous avez dit conservateur ? » (2)

18/02//2017 ajout :
Economie
- Un revenu de base serait pleinement justifié

21/01//2017 ajout :
Edification morale par les fables
- L'objet que se donne La Fontaine dans ses fables
- L'homme en procès

21/01//2017 ajout :
Parcours boutangien
- La conclusion de Henri du Buit
Edification morale par les fables
- Lire La Fontaine autrement

08/01/2017 ajout :
Parcours boutangien
- Temps et histoire

01/01/2017 nouveau parcours
Parcours boutangien
- Le petit Boutang des philosophes
- Sauver le sujet

Liens Wikipédia
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Parcours habermassien - Présentation


PARCOURS HABERMASSIEN


Présentation


Dans l’étude consacrée à Habermas, ce qui est clairement visé est « le soi et la sagesse pratique » dans l’activité communicationnelle.
« Dans les discussions réelles, souligne Paul Ricoeur, l’argumentation sous forme codifiée, stylisée, voire institutionnalisée, n’est qu’un segment abstrait dans un procès langagier qui met en œuvre un grand nombre de jeux de langage ayant eux aussi un rapport au choix éthique dans les cas de perplexité ; on recourt par exemple à des récits, à des histoires de vie, suscitant selon les cas, l’admiration voire la vénération, ou le dégoût voire la répulsion, ou plus simplement la curiosité pour des expériences de pensée où sont explorés sur le mode de la fiction des genres de vie inédits. Ces jeux de langage constituent autant de pratiques communicationnelles, où les humains apprennent ce que signifie vouloir vivre en commun, et cela avant toute mise en forme argumentative. Certes, l’argumentation n’est pas un jeu de langage comme les autres, précisément en raison de son exigence d’universalisation. Mais cette exigence ne devient opérante que si elle assume la médiation des autres jeux de langage qui participent à la formation des options qui sont l’enjeu du débat. Le but visé est alors d’extraire des positions en situation de confrontation le meilleur argument qui puisse être offert aux protagonistes de la discussion. Mais cette action corrective de l’argumentation présuppose que l’on discute sur quelque chose, sur les « choses de la vie ».
Et pourquoi l’argumentation doit-elle admettre cette médiation d’autres jeux de langage et assumer ce rôle correctif à l’égard de leur capacité argumentative potentielle ? Précisément parce que l’argumentation ne se pose pas seulement comme antagoniste de la tradition et de la convention, mais comme instance critique opérant au sein de convictions qu’elle a pour tâche non d’éliminer, mais de porter au rang de « convictions bien pesées », dans ce que Rawls appelle un équilibre réfléchi.
C’est un tel équilibre réfléchi entre l’exigence d’universalité et la reconnaissance des limitations contextuelles qui l’affectent qui est l’enjeu final du jugement en situation. Ce qui fait de la conviction un partenaire inéliminable, c’est le fait qu’elle exprime les position d’où résultent les significations, les interprétations, les évaluations relatives aux biens multiples qui jalonnent l’échelle de la praxis, depuis les pratiques et leurs biens immanents, en passant par les plans de vie, les histoires de vie, jusqu’à la conception que les humains se font, seuls ou en commun, de ce que serait une vie accomplie. L’expression la plus haute et la plus fragile de cette quête réside dans l’équilibre réfléchi entre éthique de l’argumentation et convictions bien pesées. »


D’où les trois fichiers consacrés à Habermas :
1/ SES DEUX ŒUVRES MAÎTRESSES
2/ AGIR COMMUNICATIONNEL : GENÈSE DU CONCEPT
3/ UNE ÉTHIQUE DE LA DISCUSSION


Date de création : 14/01/2008 @ 16:38
Dernière modification : 14/01/2008 @ 17:07
Catégorie : Parcours habermassien
Page lue 4475 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^