Parcours

Fermer Parcours lévinassien

Fermer Parcours axiologique

Fermer Parcours cartésien

Fermer Parcours hellénique

Fermer Parcours ricordien

Fermer Parcours spinoziste

Fermer Parcours habermassien

Fermer Parcours deleuzien

Fermer Parcours bergsonien

Fermer Parcours augustinien

Fermer Parcours braguien

Fermer Parcours boutangien

Fermer Glossématique

Fermer Synthèses

Fermer Ouvrages publiés

Fermer Suivi des progrès aux USA

Fermer Parcours psychophysique

Fermer L'art et la science

Fermer Parcours nietzschéen

Fermer Philosophies médiévales

Fermer Parcours gramscien

Fermer Parcours Michéa

Autres perspectives

Fermer Archéologie

Fermer Economie

Fermer Sciences politiques

Fermer Sociologie

Fermer Poésie

Fermer Théologie 1

Fermer Théologie 2

Fermer Théologie 3

Fermer Psychanalyse générale

Fermer Points d’histoire revisités

Fermer Edification morale par les fables

Fermer Histoire

Fermer La numérisation du monde

Fermer Phénoménologie

Fermer Philosophie de l'attachement

Fermer Philosophie et science

Fermer Sciences Cognitives

Mises à jour du site

04/11//2018
Nouveau parrcours :
Parcours Michéa
- Présentation 
- Le libéralisme économique et le libéralisme culturel

28/10/2018 ajout :
Parcours gramscien
- La culture

14/10/2018
Nouveau parrcours :
Parcours gramscien
- Présentation
- Trois principes, trois ordres

03/06/2018
Nouvelle persective :
Philosophie de l'attachement
- Présentation
- Articles recueillis sur la philosophie de l'attachement

07/05/2018 ajout :
Parcours braguien
- Religion et raison

08/04/2018 ajout :
La numérisation du monde
- L'intelligence artificielle (2)

17/03/2018 ajout:
Philosophie et science
- Esquisse d'un retour de l'esprit dans les sciences
Parcours habermassien
- Les relations entre l'Allemagne et la France

11/03/2018 ajout:
Parcours spinoziste
- L'ethique de Spinoza est une oeuvre systémique

04/03/2018 nouvelle perspective :
Sciences Cognitives
- Le cerveau social et ses implications

04/02/2018 ajout :
La numérisation du monde
- Le numérique au sein de l'enseignement supérieur
- Le numérique et ses fortes potentialités

Liens Wikipédia
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

<!-01->PrésentationParcours gramscien - Présentation

Lire ce teste au format PDF

 

 

PARCOURS GRAMSCIEN

 

 

Ce parcours s’inscrit dans le cadre du regain d’intérêt que présente nouvellement la philosophie marxiste d’Antonio GRAMSCI (1891-1937). Intérêt qui réside notamment dans la fréquence de la rencontre, chez la plupart des progressistes, qu’ils soient de gauche ou de droite, du concept d’hégémonie culturelle ainsi que l’a rapporté Aurélien BERTHIER dans un article publié le 4 avril 2011  

 

Antonio Gramsci, un théoricien emprisonné

Membre fondateur du Parti Communiste italien dont il sera Secrétaire général, intellectuel actif, journaliste et créateur du journal l’Unità, Antonio Gramsci est député lorsque, en 1926, il est arrêté par les fascistes et condamné pour conspiration deux ans plus tard. Le procureur mussolinien terminera son réquisitoire par ces paroles : « Nous devons empêcher ce cerveau de fonctionner ».Ruse de l’histoire, c’est durant cette longue incarcération que le socialiste révolutionnaire formera sa pensée, devenant l’un des plus originaux théoriciens du marxisme. Elle se déclinera dans une œuvre fleuve, près de 3000 pages de carnets, sortie clandestinement d’Italie et finalement éditée sous le nom de « Cahiers de prison ». Ceux-ci  constituent une réflexion profonde et visionnaire de l’histoire italienne, du marxisme, de l’éducation (et notamment l’éducation des travailleurs issus de l’industrialisation), de la société civile ou encore de l’hégémonie culturelle. Un fil conducteur les traverse : la culture est « organiquement » liée au pouvoir dominant.

 

Pourquoi le concept d’hégémonie culturelle et quelle stratégie  contient-il ?

Constatant que les révolutions communistes promises par la théorie de Marx n’avaient pas eu lieu dans les sociétés industrielles de son époque, Gramsci formule une hypothèse. Si le pouvoir bourgeois tient, ce n’est pas uniquement par la main de fer par laquelle il tient le prolétariat, mais essentiellement grâce à son emprise sur les représentations culturelles de la masse des travailleurs. Cette hégémonie culturelle amenant même les dominés à adopter la vision du monde des dominants et à l’accepter comme « allant de soi ».

Cette domination se constitue et se maintient à travers la diffusion de valeurs au sein de l'École, l'Église, les partis, les organisations de travailleurs, l'institution scientifique, universitaire, artistique, les moyens de communication de masse… Autant de foyers culturels propageant des représentations qui conquièrent peu à peu les esprits et permettent d’obtenir le consentement du plus grand nombre.

Pour renverser la vapeur, toute conquête du pouvoir doit d’abord passer par un long travail idéologique, une lente préparation du terrain au sein de la société civile. Il faut, peu à peu, subvertir les esprits, installer les valeurs que l’on défend dans le domaine public afin de s’assurer d’une hégémonie culturelle avant et dans le but de prendre le pouvoir.

Exemple récent, l’idéologie néolibérale qui s’est auto-instituée comme seul système d’organisation économique possible. Il est le fruit d’un long travail sous-terrain de conquête des esprits depuis les cercles de réflexion d’économistes américains et européens (think-tanks) des années 50 aux journalistes, hauts fonctionnaires, leaders d’opinion, lobbys et artistes qui imposent peu à peu ses principales idées dans la sphère culturelle : « La compétition généralisée est saine », « Le marché s’auto-régule », « Il faut limiter les dépenses publiques et baisser les impôts », « L’État est un mauvais gestionnaire », etc.) avant de connaître une traduction politique dans la prise de pouvoir par Ronald Reagan aux États-Unis,  Margaret Thatcher en Angleterre jusqu’à Deng Xiaoping en Chine.

 

L’objet du combat : conquérir la société civile

Pour Gramsci, l'État ne se résume pas au seul gouvernement. Même si ces sphères serecoupent souvent, on peut distinguer deux lieux de son pouvoir :

  • D’une part, la « société politique » qui regroupe les institutions politiques, la police, l’armée et la justice. Elle est régie par la force.
  • D’autre part la « société civile » qui regroupe des institutions culturelles (université, intellectuels, médias, artistes) et qui diffuse de manière ouverte ou masquée l'idéologie de l'État afin d'obtenir l'adhésion de la majorité de la population.

Elle est régie par le consentement.Si dans les régimes dictatoriaux, c’est surtout la société politique qui règne (par l’oppression), dans les sociétés occidentales démocratiques, c’est principalement la société civile qui organise la domination.  C’est donc dans son cadre que le combat (culturel) doit être mené et non par une confrontation frontale avec la société politique.

 

Il sera proposé au lecteur  de découvrir deux éléments de  l’œuvre d’Antonio Gramsci   intitulée « La Cité future » éditée rn 2017:

  • Trois principes, trois ordres.
  • La culture

 


Date de création : 14/10/2018 @ 11:41
Dernière modification : 14/10/2018 @ 17:36
Catégorie : Parcours gramscien
Page lue 81 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^