Parcours

Fermer Parcours lévinassien

Fermer Parcours axiologique

Fermer Parcours cartésien

Fermer Parcours hellénique

Fermer Parcours ricordien

Fermer Parcours spinoziste

Fermer Parcours habermassien

Fermer Parcours deleuzien

Fermer Parcours bergsonien

Fermer Parcours augustinien

Fermer Parcours braguien

Fermer Parcours boutangien

Fermer Glossématique

Fermer Synthèses

Fermer Ouvrages publiés

Fermer Suivi des progrès aux USA

Fermer Parcours psychophysique

Fermer L'art et la science

Fermer Parcours nietzschéen

Fermer Philosophies médiévales

Fermer Parcours gramscien

Fermer Parcours Michéa

Fermer Parcours bonnalien

Fermer Parcours Péguy

Autres perspectives

Fermer Archéologie

Fermer Economie

Fermer Sciences politiques

Fermer Sociologie

Fermer Poésie

Fermer Théologie 1

Fermer Théologie 2

Fermer Théologie 3

Fermer Psychanalyse générale

Fermer Points d’histoire revisités

Fermer Edification morale par les fables

Fermer Histoire

Fermer La numérisation du monde

Fermer Phénoménologie

Fermer Philosophie de l'attachement

Fermer Philosophie et science

Fermer Sciences Cognitives

Mises à jour du site

01/06/2020 ajout :
Philosophie et sciences
- Une introduction à la philosophie des sciences

08/12/2019 ajout :
Parcours Péguy
- Peguy préssentait que l'affaire Dreyfus serait immortelle
Philosophie de l'attachement
- Pourquoi le christianisme nous imprègne toujours

16/11/2019
Nouveau parrcours :
Parcours Péguy
- Présentation
- Charles Péguy - Un enfant contre le monde moderne (Mathieu Giroux)

22/04/2019
Nouveau parrcours :
Parcours Bonnalien
- Présentation

13/01//2019 ajout :
Parcours Michéa
-  La nature réelle du capitalisme

 

 

 

 

Liens Wikipédia
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Téléchargements
Si le lien ne fonctionne pas, contactez le webmestre pour l'en informer.

Fermer Parcours axiologique

Après avoir découvert le ‘fait moral’ comme ‘fait de raison’ et accepté les jugements de la conscience populaire, sachant que ces jugements sont portés par le peuple sans qu’il en sache la source, Kant veut révéler leur fondement dans la pure raison. Car la moralité consiste à se représenter la loi elle-même dans sa rigueur et à faire de cette représentation de la loi le principe déterminant de la volonté morale. Pour bien montrer qu’il ne faut pas chercher la loi morale dans l’expérience, il déclare ex abrupto qu’il n’est pas sûr que l’expérience nous offre un seul exemple d’acte accompli par pur devoir.

kant.zip(??? ko)Téléchargé 825 foisTéléchargerHyperlien

« La valeur, maintenant, n’apparaît plus que comme une exigence intérieure dont il s’agit de savoir si elle n’est pas hétérogène à l’être, qui, peut être la contredit. Et l’affirmation de la valeur se présente toujours comme une négation à l’égard du donné toujours insuffisant et imparfait, de telle sorte qu’elle est la négation d’une négation. Elle ne doit pas être cherchée dans l’être réalisé, mais dans l’être dépassé : il s’agit toujours pour nous de conformer l’être à la valeur, et là où cette conformité ne peut être obtenue, de sacrifier l’être à la valeur. »

valeurs.zip(??? ko)Téléchargé 802 foisTéléchargerHyperlien

« Par sa critique de ‘l’erreur doctrinaire ou moraliste’, Emmanuel Mounier aura contribué grandement à restaurer le prestige de l’éthique, en lui faisant traverser toute l’épaisseur des techniques, des structures sociales, des idées et soulever le poids des déterminismes et des inerties idéologiques. Il aura rendu l’éthique réelle et véridique. Le long cheminement du souci éthique à travers la chair des sociétés ne rend en effet que plus éclatante l’affirmation de base de la révolution personnaliste et communautaire. »

mounier.zip(??? ko)Téléchargé 765 foisTéléchargerHyperlien

« L’appropriation de notre passé a ouvert une recherche qu’il faut maintenant continuer pour elle-même, en s’arrachant encore un peu plus à l’histoire, dans le présent d’une réflexion où la conscience s’oriente vers la compréhension de soi et vers la possession d’une certitude qui doit devenir, après cela immanente aux régulations éthiques. Cette réflexion est un moment de l’expérience qui va de l’action, dans sa spontanéité, à la réflexion sur l’action, et de celle-ci à la pleine conscience de soi pour retourner aux finalités et au monde. »

nabert.zip(??? ko)Téléchargé 751 foisTéléchargerHyperlien

Parallèlement à la détermination intellectualiste du Cogito, la philosophie moderne témoigne d'un effort pour ressaisir dans l'intuition de conscience non pas seulement un acte qui fonde la vérité de l'univers sur la valeur de la pensée, mais aussi un acte qui atteste la causalité interne d'un sujet. Si la liberté ne peut être cherchée, ni dans une limite aux lois, ni dans le dynamisme de la pensée rationnelle, il reste qu'elle le soit dans une fonction de l'esprit qui est la conscience.

(0,00 ko)Téléchargé 841 foisTéléchargerHyperlien

Parallèlement à la détermination intellectualiste du Cogito, la philosophie moderne témoigne d'un effort pour ressaisir dans l'intuition de conscience non pas seulement un acte qui fonde la vérité de l'univers sur la valeur de la pensée, mais aussi un acte qui atteste la causalité interne d'un sujet. Si la liberté ne peut être cherchée, ni dans une limite aux lois, ni dans le dynamisme de la pensée rationnelle, il reste qu'elle le soit dans une fonction de l'esprit qui est la conscience.

liberte.zip(??? ko)Téléchargé 735 foisTéléchargerHyperlien

Fermer Parcours cartésien

L’objet principal de ce commentaire d’Alquié est de faire comprendre qu’il y a deux doutes chez Descartes :
– celui du « Discours de la méthode » qui est un doute sélectif à caractère scientifique,
– et le doute métaphysique de la Méditation première qui pose le problème de ma relation avec l'objet et qui met la science en question, du dehors et en la transcendant.

doute.zip(??? ko)Téléchargé 835 foisTéléchargerHyperlien

L'esprit humain, en reconnaissant la structure contraignante et définitive
des vérités éternelles, comprend sur un autre plan, leur contingence, et, par conséquent il dépasse ce monde où il est pris en atteignant l'être derrière l'objet, en découvrant que le plan de la science n'est pas celui de l'être.
C'est pourquoi F.Alquié est fondé à croire que la théorie des vérités
éternelles contient déjà implicitement le "doute" et le "je pense".

cogito.zip(??? ko)Téléchargé 788 foisTéléchargerHyperlien

Le passage à Dieu , chez Descartes, est le fruit d’une dialectique proprement
ontologique, qui ne peut se révéler qu'au sein d'une méditation vécue. Il s'agit de tirer au clair et d'expérimenter le rapport de Dieu et de moi-même, de découvrir la preuve de l'existence de l'infini dans le fait que je m'apparais comme un être insatisfait, limité, plein de désirs, n'ayant pu me saisir moi-même avec certitude qu'à la suite du doute, c'est-à-dire après avoir nié toutes espèces de choses, être se
sentant causé et créé dans un temps discontinu, être ne contenant pas sa propre raison (F. Alquié).

verites.zip(??? ko)Téléchargé 774 foisTéléchargerHyperlien

Quand il fonde les mathématiques

L'unité de l'intuition est, dans les Règles pour la direction de l'esprit, celle d'un acte mental. Et toute idée, par conséquent, si on la considère formellement, c'est-à-dire en ce qu'elle est elle-même une chose réelle, renvoie au seul esprit, à la seule mens, et par conséquent, le monde et la science du monde, ne sont que ma propre représentation.

descartes_1.zip(??? ko)Téléchargé 747 foisTéléchargerHyperlien

DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 ] SuivantFin

^ Haut ^