Parcours

Fermer Parcours lévinassien

Fermer Parcours axiologique

Fermer Parcours cartésien

Fermer Parcours hellénique

Fermer Parcours ricordien

Fermer Parcours spinoziste

Fermer Parcours habermassien

Fermer Parcours deleuzien

Fermer Parcours bergsonien

Fermer Parcours augustinien

Fermer Parcours braguien

Fermer Parcours boutangien

Fermer Glossématique

Fermer Synthèses

Fermer Ouvrages publiés

Fermer Suivi des progrès aux USA

Fermer Parcours psychophysique

Fermer L'art et la science

Fermer Parcours nietzschéen

Fermer Philosophies médiévales

Autres perspectives

Fermer Archéologie

Fermer Economie

Fermer Sciences politiques

Fermer Sociologie

Fermer Poésie

Fermer Théologie 1

Fermer Théologie 2

Fermer Théologie 3

Fermer Psychanalyse générale

Fermer Points d’histoire revisités

Fermer Edification morale par les fables

Fermer Histoire

Fermer Phénoménologie

Fermer Philosophie et science

Mises à jour du site
Liens Wikipédia
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Parcours habermassien - Concept d’opinion publique






LE CONCEPT D’OPINION PUBLIQUE


Dans ce dernier chapitre de l’« Espace public », J. Habermas constate qu’à l’ère de la Publicité manipulée – qui est la nôtre – ce n’est pas l’opinion publique qui est motrice mais un consensus fabriqué prêt à l’acclamation. L'opinion publique vient à être définie comme l'ensemble des comportements et attitudes de tels ou tels groupes qui tendent à modifier ou à maintenir les structures, les pratiques et les buts du pouvoir.

Dans son essai de clarification du concept, du point de vue sociologique, l’auteur montre successivement :

– ce qui ne peut avoir valeur d’opinion publique,

– que c'est dans la perspective d’une évolution socio-politique qu'il faut forger les critères permettant d'apprécier les opinions d'un point de vue empirique, et d'évaluer leur caractère plus ou moins public.


L'OPINION PUBLIQUE EN TANT QUE FICTION DU DROIT CONSTITUTIONNEL


{246] Le syntagme « opinion publique » revêt un sens différent selon qu'on la revendique en tant qu'instance critique face à la « Publicité » impo­sée, corrélative de l'exercice du pouvoir politique et social, ou selon qu'on s'en sert pour désigner l'instance « réceptrice » de la « Publicité » de démonstration et de manipulation, vantant des biens de consomma­tion, des programmes politiques, des institutions ou des personnalités. Deux formes de Publicité (a1) sont en concurrence au sein de l'espace public, mais «l’» opinion publique, au singulier, est leur destinataire commun. Quelles sont, pour cette même instance, les conséquences d'une telle situation ?


Les deux aspects de la Publicité et l'opinion publique n'entretiennent pas un rapport qui serait celui de la norme au fait


Ils ne l’entretiennent pas comme s'il s'agissait du même principe dont la réalisation effective resterait toujours en deçà de ce qu'il promet (et, inversement, comme si le comportement réel du public était toujours en deçà d'un comportement attendu).

[247] S'il en était ainsi, il serait possible d'identifier l'idéal de l'opinion publique et sa manifestation concrète, ce qui n'est évidemment pas le cas. Au contraire, le rôle critique de la Publicité esttions de manipulation assumées par la « Publicité ». Les activités de l'une et de l'autre s'exercent dans des contextes sociaux opposés. En outre, ces deux formes de Publicité impliquent chacune un type spéci­fique de comportement du public : pour reprendre la distinction que nous avons déjà introduite, la première attitude est orientée vers une opinion publique, la seconde vers une opinion non-publique. Par ailleurs, la Publicité critique et ses destinataires ne représentent pas une norme pure et simple. Mais en tant que norme institutionnalisée par la Constitution, et quelles que soient les mutations structurelles affectant son infrastruc­ture sociale depuis les débuts de l'évolution subie par l'État constitutionnel, la Publicité commande néanmoins une part importante des procédures qui ont de fait un caractère obligatoire pour l'exercice du pouvoir politique et l'équilibre des forces sociales. Cette Publicité est un « fait », tout comme l'existence d'un destinataire qui réponde aux attentes de comportement qu'elle implique – certes, il ne s'agit pas du public dans son entier, mais d'une minorité qui en tient pourtant réellement lieu. Une autre question, à laquelle il faut répondre sur un plan empirique, est de savoir quels sont les domaines où la Publicité peut effectivement jouer son rôle, quelle est l'importance et la nature de son public, et à quelles conditions il peut actuellement se maintenir. tout à fait différent des fonc

Sur l'autre versant, concur­rent du premier, la « Publicité » et ses destinataires ne constituent pas un donné pur et simple ; le caractère directement contraignant de la conception spécifique qu'elle a d'elle-même peut entrer jusqu'à un certain point en contradiction avec les intérêts immédiats du « travail publicitaire », et il est significatif que cette conception emprunte direc­tement certains de ses éléments essentiels à son adversaire, la Publicité critique.


La fiction institutionnalisée d’une opinion publique en vient à s’imposer


En droit constitutionnel et en science politique, l'analyse des normes dans leur rapport à la réalité de leur application dans le cadre d'une démocratie de masse (dotée de la structure d'un État-social) ne peut absolument pas renoncer à la fiction institutionnalisée d'une opinion publique, sans être toutefois en mesure de l'identifier en tant que dimen­sion réelle, immédiatement corrélative du public formé par les citoyens. S. Landshut (b1) s'est fait l'écho de la difficulté que cela soulève. D'une part, il constate qu'« à l'opinion publique s'est substitué un penchant indifférencié, commandé par telle ou telle disposition subjective. Elle est orientée par des mesures et des événements déterminés en fonction de la direction qu'on souhaite lui donner.

[248] Cette inclination sujette à l'humeur est comparable à « un fret mal arrimé sur un navire qui tangue ». D'un autre côté, il rappelle qu'au sein d'une démocratie de masse les institutions conformes à la Constitution ne peuvent se passer d'une opinion publique supposée intacte, car elle reste l'unique fondement reconnu qui permette de légimiter la domination politique : « Le principe sur lequel repose la vérité de l'État moderne est l'idée de peuple souverain qui doit à son tour s'exprimer sous la forme de l'opinion publique. Si l'on omet ce corollaire, si l'on ne fait pas de l'opinion publique la source de l'autorité de toutes les décisions exécutoires pour l'ensemble de la société, la vérité propre à toute démocratie moderne reste sans substance ».


Les deux démarches qui permettent d’aborder la définition du concept d’opinion publique


Si l'on veut définir le concept de l'opinion publique sans se résigner à simplement constater la désa­grégation de l'espace public, il est possible de choisir entre deux démarches qui pour l'essentiel résument toutes les autres.

– La première nous ramène aux positions du libéralisme. Il voulait préserver, au sein d'un espace public désintégré, la communication d'un petit cercle de représentants formateurs de l'opinion et respec­tueux du principe de Publicité – préserver, autrement dit, un public qui fasse usage de la raison au sein du grand public sollicité aux fins de l'acclamation. « Il va de soi qu'il est plus difficile à une opinion publique de se former à partir de cette masse de penchants, d'idées confuses, de points de vue vulgarisés, tels ceux répandus par les media, qu'à partir de la discussion rationnelle entre les divers grands courants de pensée qui s'affrontaient au sein de la société bourgeoise. Force est donc de reconnaître qu'une opinion publique aura plus de difficultés que jamais à s'imposer. » En faisant ce constat, W. Hennis (c1) n'a à vrai dire d'autre intention que de souligner combien il est urgent de créer certaines institutions, chargées de faire entendre et respecter, en tant qu'opinion publique face aux opinions communes, les points de vue défendus par une élite des citoyens les mieux informés, qualifiés par leur intelligence et leur moralité. Des deux caractéristiques de la sphère publique, la rationalité et l'universalité, c'est la seconde qu'il faut sacrifier à la préservation de la première. C'est ainsi que les qualifications des personnes privées (c'est-à-dire la culture et la pro­priété, autrefois critères sociaux de leur appartenance au public) aux­quelles elles pouvaient accéder au sein de la sphère des échanges et du travail, sont désormais indépendantes de cette sphère et deviennent des qualités élitaires requises par la représentation, puisqu'on ne peut plus compter sur l'accessibilité de tous à la publicité critique ; il n’est plus possible, dans le contexte actuel des rapports sociaux, de donner une définition sociologique satisfaisante d'une représentation de ce type.

– La seconde démarche conduit à une conception de l'opinion publique d'où sont complètement écartés certains de ses critères essentiels comme la rationalité et le caractère représentatif, au profit des seuls critères institutionnels.

[249] De sorte que E. Fraenkel (d1) peut identifier l'opinion publique à la doctrine majoritaire au Parlement et à laquelle le gou­vernement obéit : « Par le biais de la discussion parlementaire, l'opinion publique informe le gouvernement de ses revendications et le gouvernement lui expose à son tour la politique qu'il va suivre » – l'opinion publique règne mais ne gouverne pas. G. Leibholz ne considère pas comme pertinente cette mise en regard du gouvernement et du Parle­ment censé être le porte-parole de l'opinion publique, car, pour lui, les véritables partenaires politiques restent les partis, qu'ils soient au gou­vernement ou dans l'opposition ; la volonté des partis exprime celle des citoyens engagés, de sorte que, dès qu'un parti devient majoritaire, c'est lui qui représente l'opinion publique : « Dans une démocratie plébiscitaire, la volonté de la majorité des citoyens actifs peut être identifiée à la volonté générale du peuple dès qu'elle s'est exprimée en formant cette majorité ; de même, au sein d'une démocratie fondée sur l'alternance des partis, la volonté exprimée par la majorité en place au gouvernement et au Parlement correspond ni plus ni moins à la Volonté générale ». L'opinion non-publique ne devient « publique » qu'après avoir été reformulée par des partis.

Ces deux conceptions tiennent compte du fait que, dans le processus de formation de la volonté et de l'opinion tel qu'il se déroule au sein d'une démocratie de masse, la volonté du peuple n'est presque plus en mesure d'assumer un rôle politique d'une quelconque ampleur si elle ne s'en remet pas à la médiation des organisations qui la mobilisent et l'encadrent. Mais c'est là, du même coup, avouer la faiblesse de ces théories : dans la mesure où elles substituent au public, en tant que sujet de l'opinion publique, les instances qui seules lui permettent d'exercer encore une quelconque action sur le plan politique, le concept d'opinion publique se trouve complètement neutralisé. Il est alors indifférent qu'une « opinion publique » de ce type-là résulte de la communication publique ou des processus de vassalisation (Mediatisie­rung). Or, ainsi, il n'a nullement été répondu à la question de savoir s'il faut comprendre, sous le terme de « médiatisation», .la simple médiation (Vermittlung) des penchants de la masse, incapable par elle‑même de les formuler, ou bien s'il s'agit de la réduction à une simple acclamation plébiscitaire d'une opinion tout à fait capable d'entrer dans un processus de raison (Aufklärung), mais embrigadée de force.

[250] L'opinion publique, fiction du droit constitutionnel, ne peut plus être repérée dans le comportement réel du public lui-même ; et même si l'on fait complètement abstraction de ce comportement, tenir compte du fait que l'opinion est prise en charge par certaines institutions poli­tiques ne suffit pas non plus à lui ôter son caractère de fiction.


Retour à l’établissement de l’existence brute d’une opinion publique


C'est en fonction des deux difficultés précitées que les recherches empiriques dans le domaine des sciences sociales en reviennent à s'attaquer à cette dimension du comportement avec une ardeur toute positiviste, afin d'établir l'existence brute d'une « opinion publique ». Mais, à l'inverse, elles font abstraction de ses aspects institutionnels et la psycho-sociologie en arrive très vite à dissoudre le concept d'opinion publique en tant que tel.

Pour l'idéologie libérale du milieu du XIXe siècle, l' « opinion publique » était déjà un objet problématique ; mais à partir de 1875, elle est considérée comme une dimension foncièrement équivoque. Dans son essai de 1879 sur La nature et la valeur de l'opinion publique, F. von Holtzendorff exprime une résignation caractéristique du post-libéralisme : « De nos jours, le besoin de nouveauté et de changement est devenu si essentiel qu'un strict respect de la tradition historique fait défaut à l'opinion publique (...) de même qu'il lui manque ce tra­vail préalable, particulièrement énergique, qui s'accomplissait dans l'atelier des grands hommes croyant en des principes auxquels ils sacri­fiaient tout. Ce qui, il y a un siècle, était, à en croire les contemporains de l'époque, un principe auquel l'individu obéissait dans sa vie en société (c'est-à-dire l'opinion publique) est devenu, avec le temps, un slogan qu'on utilise auprès des masses éprises de confort et paresseuses d'esprit pour leur donner prétexte à n'entreprendre aucun travail de réflexion personnelle ». Cinq ans avant, A. Schäffle avait déjà considéré l'opinion publique comme une « réaction indifférenciée des masses » et l'avait définie comme « l'expression des points de vue, des jugements de valeur ou des tendances de la volonté propres au public dans son ensemble ou à n'importe quel public plus restreint ». C'est, du même coup, rompre avec la démarche normative, prescrite par la théorie du droit constitutionnel, dans la définition du concept d'opinion publique – celle-ci devient objet de recherche en psycho-­sociologie. On l'analyse en tant qu' « opinion de masse » – G. Tarde fut l'un des premiers à le faire de façon pertinente –, si bien qu'elle est extraite du contexte des fonctions qu'elle assumait en liaison avec les institutions politiques, et qu'elle est immédiatement dépouillée de son caractère authentiquement « public »; elle n'est plus considérée que comme le produit d'un processus de communication qui se déroule au sein des masses et ne respecte pas plus les principes de la discussion publique qu'il ne se réfère à la domination politique.

[251] Dans la mesure où ils étaient théoriciens de l'État et se sont donc laissé guider par l'impression d'avoir affaire à un popular govern­ment, comme par une conception de l'opinion publique, certes déjà travaillée par la psycho-sociologie, mais qui préservait encore le lien de l'opinion publique aux institutions politiques, certaines recherches comme celles de A. V. Dicey en Angleterre et de J. Bryce aux États-Unis se sont exposées au reproche de manquer de fon­dements empiriques fiables. A cet égard, A. F. Bentley fait figure de précurseur, puisqu'il a été l'un des tout premiers à regretter l'absence « d'une analyse quantitative de l'opinion publique qui tienne compte des différentes composantes de la population », c'est-à-dire « d'une enquête qui en toute rigueur fasse apparaître, sous ce que recouvre l'opinion, les revendications réelles de telle ou telle composante de la population, compte tenu du lieu, du moment et des circonstances qui jouent un rôle central dans l'établissement des conclusions au sein d'une recherche empirique ». Bentley résume donc ainsi sa thèse : « On ne peut pas parler d'opinion publique (...) car il n'existe pas d'activité qui reflète ou représente l'ensemble des activités d'un groupe ou d'une constellation sociale ».


DISSOLUTION PSYCHO-SOCIOLOGIQUE DU CONCEPT


Prise en compte des phénomènes de groupe


Ce que devient le public en tant que support de l’opinion publique

En premier lieu, public, en tant que support de l'opinion publique, est identifié à masse, puis à groupe, et devient substrat psycho-sociologique d'un processus de communi­cation et d'interaction entre deux ou plusieurs individus. D’où cette définition de l’objet de l’opinion publique : « L'opinion publique désigne les comportementsdesindividusd'unmême groupe social face à tel ou tel problème ».


Ce que devient la notion de groupe

La notion de « groupe », on le constate, ne tient plus compte du contenu de certains critères his­toriques et sociaux, des médiations institutionnelles et encore moins de l'enchevêtrement des fonctions sociales qui, autrefois, jouait un rôle déterminant dans la manière spécifique dont les personnes privées se rassemblaient pour former un public faisant une politique de sa raison.


Ce que devient la notion d' opinion

[252] Opinion est alors définie comme les réactions provoquées par un problème, puis comme « la manière dont s’exprime une attitude » et enfin comme l’attitude elle-même.

A la limite, l'opinion finit par ne même plus requérir d'expression verbale et comprend non seulement des habitudes qui s'expriment d'une manière quelconque à travers certaines représentations – ce qui correspondrait à l'opinion, déterminée par la religion, la coutume, les mœurs et le simple « préjugé » à laquelle, au XVIIIe siècle, l'opinion publique s'est attaquée pour la dénoncer d'un point de vue critique –, mais aussi à travers de pures et simples manières d'être. Seul le fait qu'elle soit référée aux phénomènes de groupe permet encore d'attribuer à une telle opinion le qualificatif de « publique ».

Qualifier de publique une opinion de groupe c’est dire qu’elle est l’opinion régnante dans ce groupe

Alatentativede définir l'opinion publique comme la « somme des opinions individuelles » est aussitôt apporté un correctif : « Il est nécessaire que nos concepts définissent à la fois ce qui se situe à un niveau fondamental ou profond et ce qui est commun à un groupe. »

Une opinion de groupe est dite « publique » lorsqu'elle est parvenue à être, sur un plan subjectif, l'opinion régnante : chaque membre du groupe a une représentation (sans doute erronée) de l'impact de son opinion et de son comportement, autrement dit, il connaîtrait, parmi les autres membres, le nombre et l'identité de ceux qui partagent ou rejettent l'attitude ou le point de vue qu'il défend.

Les opinions publiques de groupes et la puissance publique

P. F. Lazarsfeld, entre-temps, a réagi vigoureusement contre cette tendance en montrant que la psycho-sociologie sacrifiait trop dans sa conception de l'opinion publique en en écartant tous les aspects sociologiques et politiques essentiels. A travers quelques exemples, il oppose à cette conception celle qui reste fidèle à la tradition de la science politique; mais finalement il s'en tient lui-même au simple postulat d'une synthèse entre conception classique et conception propre aux recherches empiriques actuelles. Faire un pas dans cette direction signifie néanmoins étendre le cadre de la recherche au-delà de la dynamique des groupes, pour y englober les institutions de l'opinion publique, c'est-à-dire les rapports entre mass media et phénomènes d'opinion. Mais, pour l'essentiel, ces investigations de la structure de communication appréhendent plutôt des relations d'ordre psychologique que des rapports institutionnels, ce que révèle de manière exemplaire le théorème, par ailleurs très intéressant, d'une « commu­nication à deux temps». Si l'on veut véritablement progresser vers la synthèse postulée du concept classique d'opinion publique et de son substitut psycho-sociologique, il faut nécessairement rappeler ce rapport, jusque-là refoulé par la recherche, entre opinion publique et instances du pouvoir politique.

[253] D’où cette nouvelle définition : « L'opinion publique est le corrélat de la domination : son existence politique est limitée à certains rapports déterminés entre le peuple et le pouvoir. »

Pour n’être défini que par rapport aux institutions d’un pouvoir politique, le concept d’opinion publique ne peut être opérationnel

En effet, il n'est pas en mesure de rendre compte de cette dimension où se déroulent des processus informels de communication (…). Si déjà le sujet de l'opinion publique est ramené à une dimension qui n'est pas affectée par la différence entre sphère publique et sphère privée, c'est-à-dire si le public s'est désintégré en groupes – et ce n'est pas là seulement définir le public, mais faire état d'une transformation structurelle –, et si par ailleurs l'opinion publique elle-même est dissoute dans des relations de groupe qui ne reconnaissent pas la différence entre communication rationnelle et conformisme irréfléchi, on peut alors constater que le rapport des opinions de groupe au pouvoir public ne peut plus à son tour trouver d'expression ailleurs que dans le cadre d'une science auxiliaire au service du pouvoir.

L'opinion publique vient à être définie comme l'ensemble des comportements et attitudes de tels ou tels groupes qui tendent à modifier ou à maintenir les structures, les pratiques et les buts du pouvoir

Dans cette définition à laquelle aboutit la recherche de G. Schmidtchen, la finalité de la sphère publique politique dont se réclame malgré tout le principe démocratique de Publicité, soutenu par l'État-social, reste si étrangère à un tel concept qu'il lui serait impossible de démontrer, au terme d'une démarche empirique, même l'inexistence de cette sphère. En effet, il définit l'opinion publique comme un frein qui, à l'occasion, peut opposer une résistance à l'action du gouvernement et de l'administration, mais qui peut être circonscrit en fonction des résultats et des conclusions fournis par les sondages, et manipulé par des moyens appropriés ; lesquels, en effet, « donnent au gouvernement et aux organes de l'État la possibilité d'agir sur une réalité, tout entière contenue dans les réactions de ceux qui ont le privilège d'être concernés par la politique. Les sondages ont pour tâche d'effectuer des enquêtes à partir d'échantillons fiables, choisis dans les limites de cette réalité et d’en transmettre les résultats, à titre de feed-back aux organes et aux institutions dont le rôle est de faire correspondrelecomportementdelapopulationauxobjectifspolitiquesdugouvernement» – autrement dit, l'auteur n'est pas tenu de fournir la preuve de ce qu'il avance.

[254] Dès le départ, l'opinion publique est définie dans la perspective de cette manipulation sans l'aide de laquelle les groupes politiques, une fois qu'ils sont au pouvoir, ne parviendraient pas à « faire coïncider l'attitude de la population et le régime ainsi que la doctrine politiques dominants, c'est-à-dire à adapter en fonction de ce comportement le style et les réalisations des processus continuels de décision ». L'opinion publique reste soumise au contrôle de la domination même lorsqu'elle contraint le pouvoir à des concessions ou à des réorientations ; elle n'est plus ni tenue d'observer les règles de la discussion publique ou tout simplement celles d'une communication écrite ou orale, ni de se préoccuper de problèmes d'ordre politique, voire de s'adresser à des instances politiques. Les rapports qu'elle entretient avec la domination se développent pour ainsi dire derrière son dos : les revendications d'ordre « privé » (voiture, réfrigérateur) sont rangées sous la catégorie d'« opinion publique » au même titre que tous les autres comportements de n'importe quel groupe social, dès lors que le pouvoir et l'administration de l'État-social peuvent en faire usage dans l'exercice de leurs fonctions.

(a1) Il n'y a pas bien sûr, pour J. Habermas, une essence de la Publicité, dont les manifestations seraient l'une la Publicité critique, l'autre la « Publicité» de manipulation. J. Habermas emploie ici l’allemand Publizität dans une acception neutre, pour désigner à la fois Publicité et « Publicité », sans qu'on ait là affaire à un concept thématique ; aussi n'avons-nous retenu pour seul artifice graphique de traduction que la majuscule, afin de distinguer Publizität de la publicité au sens des réclames. Si l'on cherche un arrière-plan aux deux formes de Publicité, c'est une autre probléma­tique qui apparaitra, celle des intérêts, dont le pivot théorique est le couple travail et interaction (cf. J. Habermas, Connaissance et Intérêt, Paris, Gallimard, 1976 ainsi que La Technique et la science comme « idéologie », Paris, Gallimard, 1973). Publicité critique et Publicité, bien qu'elles soient concurrentes et que la seconde « parodie » les aspects qu'elle emprunte à la première, ne se situent pas sur le même plan. La Publicité critique est sous-tendue par l'interaction, c'est-à-dire par l'intérêt pratique (communicationnel) et par l'intérêt émancipatoire (critique de la domination), tandis que la « Publicité » ressortit au travail, c'est-à-dire à l'intérêt instrumental.

(b1) in Ferschrift für Laun, Hambourg 1953, p.583.

(c1) in Recht und Staat, n°200ey 201, Tübingen,1957, p.56.

(d1) in Festgabe für Herzfeld, Berlin 1957.



LE POINT DE VUE DE LA SOCIOLOGIE :

ESSAI DE CLARIFICATION DU CONCEPT

Ce qui ne peut avoir valeur d’opinion publique


Jamais le matériel d’un sondage – les opinions d’un échantillonnage quelconque de population – n'a par lui-même, et pour la seule raison qu'il viendrait nourrir des réflexions, des décisions ou des mesures revêtant une certaine importance politique, valeur d'opinion publique. Le fait de référer les opinions de groupe définies par les critères des enquêtes, soit aux processus gouvernementaux ou administratifs, soit à la formation de la volonté politique contrôlée par la « Publicité » de démonstration ou de manipulation, ne peut combler l'abîme séparant la fiction juridique d'une opinion publique et la dissolution par la psycho-sociologie de ce concept. C'est seulement en prenant pour point de départ la mutation structurelle de la sphère publique elle-même et la dimension de son évolution qu'il devient possible d'élaborer un concept de l'opinion publique qui soit à la fois chargé de sens historique, rigoureux sur le plan théorique, vérifiable au niveau empirique, et qui satisfasse aux exigences des normes constitutionnelles de l'État-social. La lutte qui oppose les deux formes de Publicité et caractérise aujourd'hui l'espace public doit être prise en compte, dans la mesure où elle est l'indice d'un processus de démocratisation au sein des sociétés industrielles organisées en État-social.

[255] Des opinions non-publiques prolifèrent, tandis que « l’ » opinion publique (au singulier) reste une fiction ; néanmoins, il ne faut pas renoncer au concept d'opinion publique au sens où il constitue un paradigme, puisque la réalité constitutionnelle de l'État-social doit être comprise comme le processus au cours duquel une sphère publique politique se réalise, c'est-à-dire que l'exercice du pouvoir social et de la domination politique y est effectivement soumis au principe démocratique de Publicité.


C'est dans la perspective de cette évolution socio-politique qu'il faut donc forger les critères permettant d'apprécier les opinions d'un point de vue empirique, et d'évaluer leur caractère plus ou moins public


En effet, cette procédure empirique, appliquée à définir l'opinion publique en tant que paradigme, constitue aujourd'hui un moyen fiable de parvenir à des hypothèses vérifiées et polémiques quant à la valeur démocratique de l'intégration réalisée par la Constitution en acte.

Reconsidérons le modèle de l'espace public : deux domaines de communication, dont le caractère politique n'est pas à négliger, s'y opposent ; d'un côté le complexe des opinions informelles, personnelles et non-publiques, de l'autre celui des opinions formelles, reconnues par les institutions. Les opinions informelles se différencient selon que leur caractère est plus ou moins contraignant :

– au niveau le plus inférieur de ce premier domaine de communication, s'expriment les évidences culturelles non discutées, c'est-à-dire les produits extrêmement tenaces d'un processus d'acculturation, en général soustrait à la réflexion personnelle (par exemple, les positions à l'égard de la peine de mort, de la morale sexuelle, etc.).

– au second niveau, on trouve l'expression peu discutée des expériences fondamentales propres à toute biographie personnelle, c'est-à-dire les traces persistantes des chocs provoqués par la socialisation, et qui restent elles aussi en deçà d'un stade réflexif (par exemple des opinions sur la guerre et la paix, certains désirs de sécurité, etc.).

– au troisième niveau, enfin, on rencontre les évidences de la culture de masse, constamment discutées, c'est-à-dire les produits passagers du flux continuel des informations ou du travail de propagande auquel les consommateurs sont exposés, surtout pendant leurs loisirs.

Les évidences produites par la culture de masse ont un caractère à la fois éphémère et plus artificiel si on les compare aux évidences culturelles qui, formant une sorte de sédiment historique, peuvent être rangées sous les catégories d’ « opinion » (au sens d’origine) et de « préjugé » dont la structure psycho-sociologique s'est à peine transformée.

[256] Ces opinions se forment au sein d'un « échange de goûts et de penchants » qui se déroule dans le cadre des groupes. Les foyers privilégiés de cette strate d'opinions dirigées de l'extérieur sont la famille, la classe d'âge, les relations de travail et de voisinage avec leurs structures à chaque fois spécifiques de contrôle de l'information et de prestige qui sont garantes des contraintes propres aux opinions de groupe. Bien entendu, les évidences culturelles s'expriment elles aussi dans l'échange d'opinions pratiqué au sein de tels groupes, mais elles sont d'un autre type que les représentations qui, ne reposant que sur la conviction, anticipant sur leur propre irresponsabilité, ne s'expriment pour ainsi dire qu'en se rétractant. Elles aussi, comme les opinions, constituent des systèmes normatifs exigeant qu'on s'y conforme, mais plutôt à la manière d'un contrôle social qui s'exercerait à travers des « modes » dont les règles changeantes n'imposent qu'une obéissance passagère. De même qu'on s'autorise à qualifier ces évidences culturelles, médiatisées par des traditions profondément enfouies, de sublittéraires, il faut reconnaître que les évidences de la culture de masse ont atteint un stade pour ainsi dire post-littéraire. Les contenus des opinions imposées par la culture de masse prennent pour thème le vaste domaine des relations psychologiques de personne à personne, domaine qui fut ouvert pour la première fois au XVIIIe siècle par la psychologie bourgeoise, c'est-à-dire par la subjectivité d'un public littéraire dans le cadre encore intact d'une sphère d'intimité: A l'époque, les domaines de la vie privée étaient encore protégés même dans leurs relations directes à la sphère publique, car l'usage public de la raison restait médiatisé par la littérature. En revanche, la culture d'intégration offre les produits prédigérés d'une littérature de basse psychologie, à titre de prestation publique destinée à la consommation du grand public et au commentaire sur cette consommation qui constitue tout l'échange au sein du groupe. Ce groupe ne constitue pas plus un « public » que ces groupements de la société pré-bourgeoise au sein desquels les opinions ancien style se formaient en conformité avec la tradition et circulaient, en l'absence de toute polémique, avec l'efficacité d'une law of opinion.


Il faut voir moins qu’un hasard dans le développement simultané de la technique des sondages et des recherches sur les groupes


Le type d'opinion qui résulte de semblables relations de groupe, cette « pure et simple » opinion, déjà formulée quand on l’accueille, supportant avec souplesse d’être retransmise, à peine intériorisée et fort peu contraignante, matière d’un small talk tout au plus, est en soi un objet idéal d'enquête.

[257] Les processus de communication des groupes sont influencés par les media, soit directement, soit, ce qui est fréquent, par l'intermédiaire des opinion leaders. On rencontre souvent parmi eux des personnes dont par ailleurs les opinions sont réfléchies et se sont formées au cours de discussions littéraires où s'exerce le raisonnement. Mais tant que de telles opinions ne sont pas intégrées au contexte de communication spécifique à un public intact, elles font de toute façon partie des opi­nions non-publiques, bien qu'elles se distinguent très nettement des trois catégories que nous avons définies.

Au domaine de communication spécifique des opinions non-publiques fait face la sphère où circulent des opinions quasi publiques. Ces opinions formelles peuvent être référées à des institutions recon­nues ; elles sont autorisées officiellement ou officieusement en tant que divulgations, annonces, explications, discours, etc. Il s'agit là, en pre­mier lieu, d'opinions qui se propagent au sein d'un circuit relativement restreint, par-delà la masse de la population, entre les grandes institutions de la presse politique, surtout dans le domaine de la presse intellectuelle (die räsonierende Publizistik), et entre les différents organes consultatifs ou de manipulation, voire de décision, dont les compé­tences sont d'ordre politique ou sont en rapport avec le domaine poli­tique (gouvernement, commissions gouvernementales, appareils admi­nistratifs, commissions parlementaires, bureaux des partis, comités des organisations, conseils d'administration des monopoles, secréta­riats des syndicats, etc.). Bien que ces opinions quasi publiques puissent être adressées à un vaste public, elles ne répondent pas aux critères d’un usage public de la raison tel qu'il a été défini par le modèle libéral. Elles restent des opinions privilégiées puisqu'elles sont reconnues par des institutions et elles ne parviennent jamais à enclencher une commu­nication réellement réciproque avec la masse inorganisée du « public ».

De l'un à l'autre domaine, les contacts sont bien sûr toujours main­tenus par les media et par la « Publicité » de démonstration et de mani­pulation dont se servent les groupes politiques – qui prennent part à l'exercice du pouvoir et à l'équilibre des forces sociales pour s'assurer l'adhésion plébiscitaire d'un public vassalisé. Nous rangeons également ces supports d'une manipulation publicitaire orientée dans la catégorie des opinions formelles, mais nous les définissons comme opinions«publiquementmanifestées»,distinctes des opinions « quasi publiques ».

[258] Mais, outre ce rapport, puissamment garanti par les media, entre domaine de communication et d'opinion formelles et domaine de communication et d'opinions informelles, subsiste encore la relation fragile entre la presse intellectuelle et les individus qui cherchent tou­jours à former leur opinion sur un mode littéraire (lato sensu) — une opinion susceptible d'être publique, mais qui, en fait, reste non-publique. En effet, le contexte de communication spécifique à un public de personnes privées faisant usage de leur raison s'est désinté­gré ; l'opinion publique qui autrefois s'y formait s'est, d'une part décom­posée en opinions informelles de personnes privées qui ne forment plus un public, d'autre part concentrée dans les opinions formelles des ins­titutions qui ont une réelle efficacité « publicistique (publizistisch) (a2) ». Ce n'est pas la communication publique, mais la communication spé­cifique des opinions publiquement manifestées qui draine le public des personnes privées inorganisées vers le courant de la « Publicité » de démonstration et de manipulation.


Il est en revanche impossible qu'une opinion publique au sens strict se constitue si la Publicité critique n'assure pas la médiation entre les deux domaines de communication


Mais de nos jours, une telle média­tion, si elle s'effectue avec assez d'ampleur pour que la sociologie puisse l'enregistrer, n'est possible qu'à travers la participation des personnes privées à un processus de communication formelle mené à travers la Publicité interne des organisations. Certes, une minorité de per­sonnes privées sont déjà membres des partis et des organisations publiques ; mais dès lors que ces organisations permettent à la Publi­cité interne de se déployer, non seulement au niveau des fonction­naires permanents et des dirigeants, mais aussi à tous les autres échelons, il reste possible d'établir une communication vraiment réci­proque entre les opinions politiques des personnes privées et cette opi­nion quasi-publique.Cette situationpeutau départ n'être qu'une ten­dance à peine perceptible ; seule une enquête empirique est capable d'appréhender quelle en est l'ampleur, quels en sont les effets concrets, et avant tout de décider s'il s'agit là d'un progrès ou éventuellement d'un mouvement régressif. Cette tendance reste néanmoins d'une importance capitale au regard d'une théorie sociologique de l'opinion publique, car elle fournit les critères de la seule dimension où, dans les conditions d'une démocratie de masse organisée en État-social, une opinion publique puisse se former.


Comment se révèle le caractère plus ou moins public d’une opinion ?


Les opinions informelles, lorsqu’elles sont réintroduites dans le circuit des opinions quasi-publiques, y sont happées et transformées ; ce qui renforce dans la même mesure le caractère public de ce circuit puisqu'il s'étend à travers le public des citoyens.

[259] Dans la mesure où, en fait, il « n'y a pas » d'opinion publique en tant que telle, et où l'on ne peut tout au plus qu'isoler certaines tendances qui, dans des conditions données, contribuent à sa formation, la définition de l'opinion publique reste comparative. Et le caractère plus ou moins public d'une opinion se révèle lorsqu'on répond à ces questions : dans quelle mesure cette opinion est-elle formée à partir de la Publicité interne des organisations rassem­blant le public de leurs membres? Quelle est l'ampleur de la communi­cation entre la Publicité interne d'une organisation et une Publicité externe qui se forme dans le rapport, de caractère « publiciste » et contrôlé par les media, entre les organisations sociales et les institu­tions de l'État ?

A mettre en regard public et masse, C. W. Mills, dans The Power Elite (New-York 1956, p. 303), parvient à donner une définition de l'opinion publique qui tient compte des critères empi­riques résultant de cette opposition.

« Au sein d'un public, selon notre acception du terme :

I) on peut supposer qu'il y a au moins autant d'individus qui expriment des opinions que d'individus qui en reçoivent ;

II) le système de la communication autorise une réponse immédiate et effective à toute opinion exprimée au sein du public ;

III) l'opinion qui résulte d'un pareil processus de discussion trouve sans difficulté à déboucher sur l'action concrète, et même — lorsque c'est nécessaire — si cette action doit s'opposer au pouvoir ;

IV) en outre, les institutions du pouvoir n'interviennent pas au sein du public, qui jouit ainsi d'une autonomie relative ».

En revanche, les opinions perdent de leur caractère public dans la mesure où elles restent prisonnières du contexte de communication propre à une « masse ».

« Au sein d'une masse :

I) les individus qui expriment une opinion sont beaucoup moins nombreux que ceux qui en sont récepteurs, étant donné que la communauté formée par les différents publics n'est plus qu'une série abstraite d'individus dont les opinions sont commandées par les mass media ;

II) la manière dont la communication est structurée rend difficile, sinon impossible, à un individu de répondre immédiatement ou de donner à sa réponse une portée quelconque ;

III) l'articulation de l'opinion et de l'action est soumise au contrôle de l'autorité qui canalise les actions et détermine les cadres au sein desquels elles se réalisent ;

IV) la masse ne jouit d'aucune autonomie par rapport aux institutions ; en effet, par le biais de ces institutions, le pouvoir intervient au sein de la masse et dissout toute autonomie qu'elle aurait pu acqué­rir en formant ses opinions à travers une discussion ».

[260] Il nous est facile, au sein du modèle d'évolution historique que nous avons construit, d'attribuer leur place à ces définitions abstraites d'un proces­sus de formation de l'opinion qui se déroule parallèlement au déclin de l'espace public : les quatre critères définissant la communica­tion au sein d'une masse sont respectés dès lors que la « Publicité » de démonstration ou de manipulation assure, simplement par ses canaux propres, la médiation entre domaine de communication informelle et sphère de la communication formelle ; outre les « évidences de la culture de masse », les opinions non publiques seront alors intégrées par les opinions « publiquement manifestées » au système établi, sans pouvoir, vis-à-vis de ce dernier, préserver une quelconque autonomie dans la formation de l'opinion par la discussion. Par conséquent, dans le cadre d'une démocratie de masse dotée de la structure d'un État-social, il ne peut s'établir un contexte de communication propre à un public que dans la mesure où une Publicité critique suscitée par la Publicité interne des organisations assume le rôle d'intermédiaire entre, d'une part, le circuit en apparence neutralisé de l'opinion « quasi publique » et, d'autre part, le domaine informel des opinions jusque-là non- publiques.

La même transformation affecte également le régime du consensus et des conflits qui joue un rôle aujourd'hui décisif dans l'exercice du pouvoir politique et l'équilibre des forces sociales : si la procédure d'une discussion publique parvenait à s'imposer de cette manière, elle serait en mesure d'assouplir les formes coercitives d'un consensus extorqué par contrainte, comme d'aplanir les conflits jusqu'alors soustraits à la connaissance du public. Conflit et consensus, de même que domination et pouvoir dont ils définissent, aux yeux de l'analyse, le degré de stabi­lité ne sont pas des catégories que l'évolution historique de la société laisserait intactes. La mutation structurelle de l'espace public bourgeois permet de se rendre compte à quel point c'est du degré de son enga­gement et de la manière dont il assume ses fonctions qu'il dépend que l'exercice du pouvoir et celui de la force soient destinés à rester des inva­riants dans l'histoire, en quelque sorte une constante négative, ou que, au contraire, ces pratiques soient elles-mêmes des catégories historiques, accessibles aux transformations les plus radicales.


Diagnostic des failles de notre système décisionnaire et améliorations proposées par Habermas (Préface à l’édition de 1990 de « L’espace public »)


La formation de l’opinion telle qu’elle est organisée au sein des assemblées législatives menant à des décisions responsables, ne peut faire droit à la visée d’une recherche coopérative de la vérité que dans la mesure où elle reste perméable aux valeurs, aux thèmes, aux contributions et aux arguments circulant librement au sein de la communication politique qui l’environne. Force est de constater que cette perméabilité est de plus en plus fortement mise en doute par les groupes d’opposition qui mêlent leurs revendications à celles des organisations syndicales ouvrières représentatives.

Cette communication politique qui a pris en France (plus qu’ailleurs) une ampleur disproportionnée, demanderait à être rendue possible à titre de droit fondamental, mais elle ne peut être totalement organisée. L’attente de résultats raisonnables, fondée sur la théorie de la discussion (ou de la mise à plat comme il est dit souvent), se base davantage sur la conjonction entre la formation politique de la volonté établie institutionnellement et ces flux de communication spontanés non pénétrés par le pouvoir, propres à un espace public qui n’est pas programmé pour la décision, mais pour l’exploration et la résolution de problèmes, et qui est donc en ce sens non organisé. Si l’idée de souveraineté populaire doit encore trouver, d’une façon réaliste, une application dans nos sociétés fortement complexes, elle doit être détachée de toute interprétation trop concrète selon laquelle la souveraineté populaire serait incarnée dans les membres d’une collectivité, physiquement présents, participant, coopérant.

Une conception procédurale de la souveraineté populaire comme quintessence des conditions de réalisation d’un processus discursif de communication publique pourrait seule s’opposer à toute idée de « particularisme généralisé » (tel que celui d’un élitisme démocratique). La souveraineté populaire totalement dispersée ne peut s’incarner que dans ces formes de communication sans sujet, mais pourtant exigeantes, qui régulent le flux de formation de l’opinion et de la volonté de telle manière que ses résultats toujours faillibles satisfassent à cette rationalité pratique pour eux-mêmes. La souveraineté liquéfiée communicationnellement se ferait valoir dans le pouvoir des discussions publiques qui découvriraient des thèmes pertinents pour l’ensemble de la société, interpréteraient des valeurs, contribueraient à la résolution des problèmes, produiraient de bonnes raisons et en écartant les mauvaises. Ces opinions devraient pourtant prendre forme dans des résolutions émanant d’assemblées constituées démocratiquement, parce que la responsabilité pour des résolutions entraînant des conséquences pratiques exige une imputation institutionnelle. Les discussions ne « gouvernent » pas. Elles génèrent un pouvoir communicationnel qui ne peut pas remplacer mais simplement influencer le pouvoir administratif. Cette influence se borne à la reconnaissance ou à la privation de légitimité. Ce pouvoir communicationnel ne peut remplacer l’obstination systématique propre aux bureaucraties publiques, sur lesquelles il agit sur les modes du « siège ». Si la souveraineté populaire se dissout ainsi dans des procédures, le lieu symbolique de pouvoir qui forme un lieu vide depuis 1789, depuis l’abolition révolutionnaire des formes paternalistes de domination, ne peut plus être occupé, comme l’affirment certains auteurs, par de nouvelles symbolisations identitaires comme le Peuple et la Nation

Cette nouvelle conception discursive de la démocratie proposée en 1990 par J. Habermas, l’a conduit ainsi à envisager un dédoublement de l’espace public tel que le pouvoir communicationnel puisse influencer le pouvoir administratif et s’opposer ipso facto à la manipulation par les média.


(
a2) C'est-à-dire au niveau de la Presse, de l'édition, de la publicité et des media, mais le connoté péjoratif s'estompe ici presque complètement. L’opposition entre publizistisch et privat, dont les signifiants rendent possible le balancement rhétorique recherché par Habermas, est difficile à rendre du fait que publizistisch désigne à la fois le caractère de ce qui est public et l’aspect journalistique ou publicitaire de ce qui est ainsi rendu public ; au niveau sémantique, publizistisch et privat ne sont pas symétriquement antonymes. L’idiolecte de Habermas au cours de l’étude fait évoluer la Publicité en tant que principe et auquel correspond un public de personnes privées, à la « Publicité » en tant que réclame, et à quoi correspond un marché de consommateurs. Bien entendu la Presse (lato sensu), die Publizistisch, subit très exactement la même mutation.



Date de création : 15/11/2010 @ 08:18
Dernière modification : 15/11/2010 @ 09:28
Catégorie : Parcours habermassien
Page lue 5045 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


^ Haut ^